Cap Skirring Arvimedia vacances Sénégal

Musée de Kadioute

Activitée culturel à visiter pendant votre séjour au Cap Skirring

Culture et traditions Diolas dans le sud de la Casamance

Vacances Sénégal

Ce musée en plein air présenté par Joseph nous montre tous les objets des traditions Diola

 

les instruments de musique, les outils servant à la pêche, à la cuisine, les fétiches Africains, les tenues des lutteurs avec les différents pagnes de couleur selon la classe d'âge, le matériel servant à recueillir le vin de palme.

 

Tous les ustensiles sont fabriqués avec des éléments tirés de la nature. Joseph dit toujours: "Vous avez aimé ? alors on continue !"

 

Les objets sont nichés dans les creux des fromagers d'où le nom de musée "Kadioute" qui veut dire trou en Diola.

 

Soyez les bienvenus en Casamance...

Cette visite très éducative nous apprend beaucoup sur les us et coutumes des Diolas. Leur remarquable enracinement peut être la preuve de l'ancienneté de leur présence en Basse Casamance. C'est l'ethnie la plus représentative de la région.

 

Les Diola pratiquent surtout la riziculture irriguée. Ils ont mis au point une grande variété de riz, base de toute leur nourriture. Il est toujours consommé réduit en farine.

 

Les Diola élèvent des bovins uniquement pour les sacrifices religieux. Ils ne les font pas travailler, ni ne consomment leur lait. La viande n'est mangée que les jours de fêtes après les sacrifices.

 

Spécialistes du palmier et de la récolte du vin de palme, certains jeunes Diolas vont louer leurs services dans la région des Dunes entre Dakar et Saint Louis.

 

Musée à visiter au Sénégal

 

Les Diolas ou Joolas sont un peuple d'Afrique de l'ouest, historiquement installer entre la Gambie, la

Casamance au Sénégal et la Guinée Bissau.

 

Leur identité se caractérisent par les langues Diola qui peuvent être très différentes suivant les régions et aussi d'un village à un autre.

 

Ils ont été successivement envahit par les britanniques, les français et les portugais.  Les Diolas ont toujours été réputés pour leur fierté, la quasi-impossibilité de les soumettre à toute forme d'asservissement et l'ardeur au travail. C'est un peuple à la fois guerrier et pacifique, ouvert d'esprit, œuvrant pour la sauvegarde de leur valeurs culturelles ou traditionnelles, etc. Aucun peuple n'a réussi à coloniser complètement les Diolas.

 

Les Diolas son principalement des cultivateurs de riz et de légumes tels que le manioc, les haricots, l'arachide... Ils sont aussi spécialisés dans la récolte de vin de palme de miel et la cueillette de fruits qui foisonnent dans certaines régions de Basse Casamance. Ils pratiquent la pêche, l'élevage et la chasse. Grâce à leur travail et à l'abondance naturelle leur autosuffisance alimentaire est garantie.

 

Le véritable nom des Diolas est « Ajamat » ou « Ajamaat » ou « Adjamat » ou encore Adjamaat qui signifie " l'Être Humain " ou " lui-même ".

La société Diola est une société égalitaire avec l'absence totale de caste. La culture Diola est caractérisée par le respect sacré des valeurs ancestrales qui sont : l'égalité entre les êtres humains, la liberté des individus, la protection et le respect des personnes, des ancêtres et de la nature, l'interdiction d'exploiter l'être humain, l'interdiction de tuer son prochain, l'honnêteté, l'ardeur au travail (ou la persévérance individuelle et collectif au travail), l'honneur, le courage, la solidarité, la fraternité, l'indépendance (ou l'autonomie), la paix, la cohésion sociale, la réussite individuelle et communautaire...

 

Leur sens aigu de la liberté, d'égalité et leur besoin de référence par rapport à leur identité ont été les racines de leur évolution historique propre. Ils ont refusé toute domination étrangère et toute collaboration avec les esclavagistes dès la première heure. Leurs chefs ont estimé qu'une personne ne peut ni être vendue ni être arrachée aux siens au nom de la force ou pour des raisons commerciales ou financières et économiques. Ils se sont opposés au recrutement forcé de jeunes hommes par la France pour les deux guerres mondiales ( 1914-1918 et 1939-1945 ).

Ils se sont également opposés au paiement des impôts au détriment des populations locales Joolas sous l'impulsion de la prêtresse et l'héroïne Aline Sitoé Diatta...

 

La religion traditionnelle des Diolas est typiquement africaine. Les Diolas croient en un seul Dieu créateur : Atemit, puissance invisible à l'origine de toute chose, il est l'esprit et l'ordre d'essence cosmique : Atemit sembe (Dieu est force et puissance).

 

Comme dans toutes les religions africaines, les ancêtres de la communauté servent d'intermédiaires entre Dieu et les hommes, entre le monde visible et le monde invisible, Dieu étant considéré comme trop élevé pour lui adresser des prières directes. Pour le Diola, les esprits jouent également un rôle dans l'ordre de la nature et leur relation avec Dieu. Chaque élément de la création ayant une essence divine, protégé par des esprits ( Boechin ), pour le Diola, le respect de la nature et de la vie est primordial. Le Diola est remarquablement respectueux des principes inscrits dans sa vie religieuse, dans sa conduite, dans son histoire, dans la nature et dans son travail. La religion régit toute la vie du Diola. Les cérémonies religieuses sont nombreuses et elles sont accompagnées de prières, de sacrifices ou d'offrandes, pour évoquer les ancêtres, les Boechin , permettant d'atteindre Atemit (ou Dieu) et les bienfaisances de sa création. Les cérémonies de l'initiation, liées aux diverses étapes de la vie, qui ont pour but de faire découvrir à l'homme ou à la femme Diola, les enseignements ésotériques.

rizière de casamance pays des joolaLes femmes et les hommes sont initiés séparément, ils ont leur propre Bois sacré (lieu de l'initiation). Les grands initiés peuvent devenir prêtre ou prêtresse. Il y a également la cérémonie de la circoncision pour les garçons. L'homme s'abandonne à la justice divine, ce qui explique le refus de la domination de l'homme par son semblable.

 

Les conflits entre les Diolas et les pouvoirs administratifs du Sénégal depuis l'indépendance sont l'expression d'une volonté de conserver la tradition, la liberté culturelle et l'identité ou le développement économique, social et culturel.

 

Bon nombre de Diolas se sont convertis au christianisme, une religion introduite et propagée par les colons européens. La religion traditionnelle (d'origne Ajamat ou Joola) est de moins en moins pratiquée, ou elle subsiste sous forme de syncrétisme surtout avec le christianisme .

 

De nombreux Diolas, se sont également convertis à l'islam Il reste quand même un faible pourcentage de Diolas qui pratiquent uniquement la religion traditionnelle Ajamat. Les tenants de la religion traditionnelle Ajamat luttent pour préserver leur religion monothéiste...

 

Chez les joolas, le riz constituait, et constitue encore, pour nombreux d’entre eux, la base de l’alimentation : “manger c’est manger du riz”. Être riche signifiait, et signifie encore, disposer de rizières et de greniers de riz abondants qui sont sources de prestige et d’aisance, de tous biens matériels et spirituels.

La valeur symbolique du riz apparaît remarquablement dans plusieurs domaines de la société joola : il est déposé à côté du mort que l’on enterre; il est utilisé dans plusieurs rituels devant les autels traditionnels ou uciin (comme le kassyla, pour la pluie)

 

musée à visiter au Sénégal

Les magnifiques rizières de la Basse Casamance, ici tout le monde vous attend pour vous donner le meilleur du Sénégal.

contact technique France

Guy Degoutte

 

( 00 33 ) 06 60 77 30 96

Site internet réalisé par Arvimedia

245 Route de Grand Maison

74220 La Clusaz - 04 50 32 38 05

Email : arvimedia@orange.fr

contact commercial Sénégal

Khadidiatou Gueye

 

00 221 78 150 52 15

Tous droits de reproduction et de diffusion réservés © ARVIMEDIA

CDM Hte-Savoie  330 234 279  RM 7401 TVA Intracommunautaire : FR42330234279 - Code APE 6201Z